Pour un droit à l’éveil

Publié le : 14 septembre 2022Mots-clés :
droit à l'éveil culturel

Dans notre société où tout va vite, Sophie Marinopoulos, psychanalyste, pointe les dangers du manque d’attention et d’accompagnement dans l’éveil des tout-petits. Elle a remis à ce sujet un rapport édifiant en 2019 au gouvernement. Rencontre…

Dans votre Rapport, vous parlez de Santé Culturelle© de nos enfants. Comment la définissez-vous ?

La Santé Culturelle©, c’est la santé de nos relations, de nos liens. Nous vivons à une époque où nos enfants sont en majorité bien nourris, et en bonne santé. Mais ils vivent aussi dans une société où tout va vite, où tout passe par l’intermédiaire des écrans. Les enfants ont alors du mal à vivre leur vie d’enfants (courir, sauter, faire du bruit) et doivent fournir des efforts pour susciter l’attention des adultes. Ils sont en quête de relation.

Quels sont les effets de cette carence en éveil culturel et artistique ?

Nos enfants sont en bonne santé physique mais en mauvaise santé relationnelle. Résultats : on remarque des difficultés dans la gestion des émotions, de l’impatience, une faible sécurité interne et surtout des rapports au langage problématiques… Et quand on n’a pas les mots, on tape. On fait preuve de violence !

“Il faut que l’on arrive à remettre l’éveil culturel des enfants au centre de notre société.”

Comment y remédier ?

Il faut que l’on arrive à remettre l’éveil culturel des enfants au centre de notre société. Je ne parle pas là d’aller au musée tous les week-ends, mais de répondre aux besoins fondamentaux cognitifs,  émotionnels,  langagiers des enfants. Je parle de nourrir les enfants de mots et d’expériences. L’éveil culturel ce n’est pas une grande messe de la culture, c’est se poser, regarder, écouter, accompagner, jouer… C’est réserver un espace-temps aux enfants, leur raconter des histoires, leur parler de ce qu’il y a autour d’eux, leur chanter des comptines, laisser libre court à leur créativité quand ils jouent, dessinent, peignent… C’est ainsi que les tout-petits vont construire leur relation à l’autre de manière apaisée.

Zoom sur : l’association Les Pâtes au beurre

Créée en 1999 par Sophie Marinopoulos, l’association Les Pâtes au beurre anime des espaces d’accueil et d’écoute, gratuits et anonymes, pour futurs parents, enfants et adolescents. Les parents sont accueillis sans rendez-vous, avec ou sans leur(s) enfants, par des professionnel.les expérilmenté.es (psychologues, psychiatres, psychomotricien.nes), pour échanger sur leurs préoccupations, leurs questions et leurs incompréhensions dans le lien à leurs enfants.

Plus d’infos sur lespatesaubeurre.fr

En Gironde, vous pouvez vous adresser à la Parentèle qui propose un accueil aux familles : ouvert à tous, anonyme et gratuit. Vous y trouverez un espace de jeu, un espace pour se poser, un autre pour échanger et rencontrer d’autres adultes ou enfants.

La Parentèle : 2 rue Courpon, à Bordeaux / 05 56 24 62 35 

0

Laisser un commentaire

Partagez cet article

Vous allez adorer ces articles...