La violence éducative ordinaire (VEO), c’est quoi ?

Publié le : 29 avril 2022Mots-clés : ,

Ce samedi 30 avril, c’est la journée de la non violence éducative ordinaire. Chaque année, chez Eponyme, nous nous associons à cette cause qui nous tient à 💙.

Cette journée vient remettre en question une éducation traditionnelle qui veut rendre l’enfant obéissant et soumis à l’adulte, et défendre une nouvelle vision de l’éducation respectueuse des besoins de l’enfant.

Chez Eponyme, on défend l’idée qu’un parent est n’est pas parfait. L’objectif n’est pas qu’il le soit ! Mais, un parent doit être informé, soutenu et faire des choix éclairés pour le bien-être de son enfant.

La violence éducative ordinaire : définition

C’est une violence physique, psychologique et/ou verbale qualifiée « d’éducative » parce qu’elle est utilisée pour éduquer et faire obéir l’enfant et « d’ordinaire » parce qu’elle est souvent quotidienne et considérée comme normale.

Il s’agit des violences physiques (fessée, gifle, tirage d’oreille, tape, douche froide…) et de toutes les formes d’humiliation verbale ou psychologique (cri, menace, chantage, insulte, retrait d’affection…).

Beaucoup de parents les utilisent pensant donner ainsi une « bonne éducation » à leurs enfants, mais ces violences sont loin d’être anodines, lorsqu’elles sont répétées au quotidien !

la tape ça ne m'apprend rien - violence éducative ordinaire

Quels sont les impacts des VEO sur les enfants ?

Même si les VEO semblent avoir, sur l’instant, l’effet attendu (l’enfant s’arrête / obéit), lorsqu’elles sont quotidiennes, elle entraînent en réalité un mécanisme de stress avec sidération.

Les risques pour l’enfant :

  • Risque accru d’altération de son estime et de sa confiance en lui ainsi que de son potentiel d’apprentissage
  • À plus ou moins long terme : risque de développer des troubles psychologiques (anxiété, dépression…)
  • Risque de développer chez l’enfant et/ou le futur adulte des comportements agressifs et asociaux (car il pensera qu’un conflit ne se règle que par la violence) ou d’en subir (car il pensera qu’il est normal de subir des violences)
  • Augmentation du risque de déclencher certaines maladies (asthme, eczéma, maladies cardio-vasculaires…)

Élever un enfant est parfois difficile. Vous avez le DROIT de vous sentir dépassé·e. Mais vous avez le DEVOIR de ne pas atteindre à l’intégrité physique et morale de votre enfant.

Si vous sentez la colère monter en vous, vous pouvez :

  • expliquer à votre enfant ce que vous ressentez,
  • prendre le temps de souffler ou passer le relais.

Une fois la « crise » passée, pensez à prendre le temps d’en rediscuter avec lui et de vous excuser l’un l’autre.

Plus d’infos sur : Stop VEO

0

Laisser un commentaire

Partagez cet article

Vous allez adorer ces articles...